Les dangers de la dépendance affective

dépendance affective

La dépendance affective est caractérisée par un effacement face au partenaire amoureux ou le manque de confiance en soi. D’où vient la dépendance affective ? Est-il possible de lutter contre les effets néfastes ? Zoom sur le danger qui fait couler beaucoup d’encre.

Dépendance affective : c’est quoi ?

La dépendance émotionnelle peut être définie comme le besoin de ressentir les sentiments des autres, même s’il s’agit d’ignorer sa propre personne. Lorsqu’elle cause de la douleur, elle est considérée comme un état pathologique. La dépendance émotionnelle fait référence à un phénomène où une personne est incapable de vivre de façon autonome psychologiquement. En raison du manque de confiance en soi, les dépendants affectives manquent de confiance en eux dans tous les aspects de leur vie, en particulier en amour. Ils ont une forte tendance à s’effacer ou à se retirer devant leurs partenaires. Ces personnes recherchent constamment l’approbation de leurs pairs. Elles ont finalement souffert d’une peur morbide d’être abandonnées, ce qui va gravement affecter leur relation.

Qu’il s’agisse d’amitié ou d’amour, la dépendance affective est un obstacle à une relation saine. Tout comme l’amour, la dépendance affective dans l’amitié provoque généralement une jalousie malsaine, car la personne dépendant est très possessive envers les personnes qui lui sont chères. On retrouve donc souvent chez lui la notion d’exclusivité. Par conséquent, le dépendant se sentira non seulement en compétition avec ses amis et lui-même, mais aussi avec ceux qui l’entourent. Dans ce cas, il est impossible d’établir une relation saine et stable : la personne dépendante sera toujours insatisfaite et épuisée mentalement. Pour plus d’informations, cliquez sur : pervers-narcissique.com

D’où provient la dépendance affective ?

La plupart des personnes atteints de dépendance affective trouvent la source de leurs problèmes dans l’enfance. Ce sont généralement des enfants qui reçoivent peu d’attention et d’amour et/ou prennent des responsabilités prématurément (“Laisse ta maman, tu ne vois pas qu’elle est fatiguée”, “Ne fais aucun bruit, ton frère dort” etc.). Par conséquent, ces personnes se sont habituées à mettre les autres avant elles-mêmes et ont peur de se mettre au centre de leur attention.

Elles croient qu’elles ne seront aimées que si elles agissent avec prudence et vivent principalement à travers les yeux des autres. Enfin, ces dépendants affectifs expriment souvent une réelle anxiété face aux désaccords, il leur est difficile de refuser des services et d’éviter au maximum les conflits. Cependant, leur comportement est souvent à l’origine de cette situation, car elles vont contre leur gré et ont constamment besoin d’amour et d’approbation.

Symptômes de la dépendance affective

La dépendance affective peut conduire à différents signes d’intensités différentes selon les individus : peur de l’abandon, insatisfaction chronique, jalousie excessive, manque d’estime de soi, incapacité à prendre seul des décisions, dépression et anxiété surtout pendant une rupture et comportements compulsifs. La dépendance affective a également tendance à favoriser des comportements addictifs (alcool, drogues, jeux d’argent) pour éviter de souffrir. Lorsqu’elle est trop exclusive et intrusive, la dépendance affective peut impacter la vie quotidienne et aggraver la vie sociale et même professionnelle. Dans les couples, elle est souvent source de conflit qui aboutit à une rupture, même si c’est le cas. L’état pathologique de dépendance affective affecte principalement la relation d’attachement des individus vulnérables. Cela arrive à des personnes très sensibles qui manquent de confiance en elles et rencontrent parfois des difficultés dans des relations antérieures. Dans certains cas, elles ont manqué de sentiments ou ont vécu des chocs émotionnels dans l’enfance, mais ce n’est pas systémique. Les femmes sont généralement plus sensibles à la dépendance émotionnelle que les hommes.

Comment faire pour soigner une personne dépendante affective ?

La grande majorité des personnes présentant des caractéristiques de dépendance affective vont trouver un équilibre dans leur vie quotidienne. Par exemple, elles choisissent un travail avec moins de responsabilités, ont une bonne ambiance avec les collègues et sont serviables, et leur conjoint est prêt à les soutenir et à répondre à leurs besoins de tranquillité d’esprit.

Évidemment, quand la personne dépendante ne trouve pas cet équilibre dans son entourage, tout se complique. Lorsqu’une personne dépendante renonce à des choses positives comme un refus de promotion, par exemple, en raison de la dépendance, ou accepte la douleur ou le comportement inacceptable d’autrui (la situation où la femme battue n’a pas réussi à rompre avec son conjoint), ou au contraire, va commettre des actes exagérés ou répréhensibles à cause de la dépendance. Dans ce genre de cas, un suivi psychologique est nécessaire. Dès que la douleur surgit, un conseil psychologique est indispensable. Pour poser le diagnostic psychiatrique, un psychiatre est le plus habilité. De plus, il va aussi rechercher un trouble associé., un psychologue ou un psychiatre, en fonction de leur stratégie thérapeutique, pourront réaliser la psychothérapie.

La TCC convient au traitement de troubles tels que l’anxiété et les comportements addictifs, et est recommandée aux personnes qui souffrent de dépendance affective et souhaitent participer au processus de réadaptation. Le principal objectif des soins infirmiers est de changer le modèle de personnalité dépendante et de réapprendre les comportements appropriés pour retrouver l’autonomie et l’équilibre de la relation entre mari et femme.